Logo du Club Fédéractive le compte de twitter officiel

Peut-on calculer le bonheur?

Imaginé en 1934 aux Etats Unis pour mesurer les effets de la Grande Dépression sur l'économie, le PIB (produit intérieur brut) est apparu en France après la seconde guerre mondiale. Il s'agit d'un indicateur de base du niveau général de santé économique. 
En agrégeant la production de richesse des différents agents économiques (les ménages, les entreprises, les collectivités publiques, les associations à but lucratif ou non lucratif), le PIB est censé mesurer notre croissance économique. 
Cependant, depuis plusieurs années, des voix s'élèvent pour affirmer que le PIB comme seul indicateur de la richesse d'un pays est devenu trop réducteur. 
Le petit royaume himalayen du Bouthan n'a pas attendu pour montrer le chemin et proposer une autre alternative. Dès 1972, il a imaginé un nouvel indicateur de richesse : le bonheur national brut (BNB). Cet indicateur s'appuie sur quatre leviers : la protection de l'environnement, la conservation et la promotion de la culture bouthanaise, la bonne gouvernance et le développement économique responsable et durable. 
L'OCDE s'est aussi emparée de cette question en créant en mai 2011 un indicateur du mieux vivre, le Better Life index. 
Ce dernier couvre les trente-quatre pays membres de l'OCDE et comporte onze critères tels que le logement, le revenu, l'emploi, la santé, l'éducation ou l'environnement. 
Dans son dernier rapport sur le bonheur, l'OCDE classe la France 13ème au niveau européen et 25ème au niveau mondial. Les cinq premières places étant occupées par le Danemark, la Norvège, la Suisse, les Pays Bas et la Suède.
En 2012, l'Assemblée générale des Nations Unies a quant à elle proclamé le 20 mars journée internationale du bonheur; son Secrétaire général, Ban Ki Moon estimant que "les éléments du bien-être social, économique et environnemental sont indissociables".

Après une lettre d'information parue en mai 2014 sur le bien-être au travail FÉDÉRACTIVE poursuit sa réflexion sur le sujet, estimant que sa position d'actionnaire ne la dédouane pas de cette responsabilité mais la place au contraire dans l'obligation d'être un partenaire impliqué et de long terme pour l'entreprise.

Pour en savoir +

http://info.arte.tv/fr/bhoutan-au-pays-du-bonheur-national-brut
http://www.oecdbetterlifeindex.org/fr/

Commentaire (0)