Logo du Club Fédéractive le compte de twitter officiel

Réduire la facture énergétique des bâtiments

L''exemple de Bouygues et Schneider Electric 

Dans sa lettre d’information « Valeur Ajoutée » n° 5 parue en mai 2012, FÉDÉRACTIVE avait abordé le sujet de « l’enjeu énergétique » http://www.federactive.com/assets/files/Lettre_info_2012.pdf. Depuis, le gouvernement a lancé un débat national sur la transition énergétique (DNTE) et le groupe de travail a rendu son rapport en juillet 2013. Les objectifs principaux de ce débat étaient de diminuer la dépendance de la France aux énergies fossiles et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.
Si, du coté de la production d’énergie, (part du nucléaire, exploitation du gaz de schiste …) les débats sont contradictoires, du coté de la consommation, tout le monde s’accorde à dire qu’il faut diminuer de façon drastique notre consommation d’énergie. Les secteurs les plus gourmands en énergie étant le transport et le bâtiment.

Dans le secteur du bâtiment notamment, les entreprises françaises travaillent à réduire leur facture énergétique.Deux types d’actions se complètent pour améliorer la performance énergétique des bâtiments.

Il y a d’une part les actions qui permettent une meilleure efficacité énergétique  « passive ». Il s’agit ici d’équiper ou de rénover les bâtiments en ayant recours aux dernières innovations techniques grâce par exemple à l’isolation thermique, au système de pompe à chaleur, de panneaux photovoltaïques ou de vitrage à couche.

D’autre part, il y a les actions qui permettent d’améliorer l’efficacité énergétique « active » . Les nouvelles technologies permettent de mettre en place des systèmes simples de mesure et de pilotage des consommations. En effet, le rôle du consommateur est essentiel. En étant informé grâce à un portail domotique, les habitants d’un logement deviennent facilement acteur du contrôle de leur consommation et les résultats en économie d’énergie sont très encourageants.

Deux exemples d’entreprises françaises qui travaillent à limiter drastiquement les besoins en énergie de leurs bâtiments.

Bouygues, dont le siège Challenger faisait figure de vitrine technologique du 20ème siècle, a lancé un chantier de rénovation de ce dernier avec l’objectif de diviser par dix la consommation d’énergie du site tout en améliorant le confort de ses occupants. Cette rénovation énergétique ambitieuse s’appuiera sur différentes techniques telle que l’utilisation de panneaux photovoltaïques ainsi que sur la géothermie pour assurer une production d’énergie renouvelable. La consommation d’eau du site sera également largement réduite grâce à la création d’environ 2800 m² de jardins filtrants qui dépollueront les eaux usées et les eaux pluviales avant leur réutilisation sur le site. Les objectifs sont clairs : aucun rejet d’eau à l’égout et une diminution d’environ 60% de la consommation annuelle d’eau de ville. En 2014, Challenger sera une référence en matière de gestion environnementale grâce aux dispositifs éco-efficients de récupération, de préservation et de transformation des énergies. En 2014, il sera l’un des tout premiers bâtiments tertiaires rénovés à énergie positive.

Schneider Electric a également décidé de faire de son siège social HIVE situé à Rueil-Malmaison un site de référence. Il s’est vu attribuer la certification « exceptionnel » (6 étoiles) par le système de notation BREEAM-In-Use (méthode d'évaluation environnementale des bâtiments du Building Research Establishment - BRE). C’est le premier bâtiment au monde à recevoir cette note. Les critères évalués lors de la certification sont l’énergie, l’eau, les matériaux, la pollution, la santé et le bien-être, l’utilisation des terrains et l’écologie, les déchets, le transport. Au Hive, Schneider a pu ainsi réduire massivement sa consommation énergétique, passée de 150kWh/m2 à78kWh/m2 mais aussi gérer efficacement la consommation et les déchets (100% de déchets recyclés ou convertis en énergie).

+ d'info:http://www.transition-energetique.gouv.fr

 

 

Commentaires (2)

    > Commentaire de Pascal Girardot

    Pour arriver à ces économies d'énergie les entreprises doivent rénover leur bâtiment et investir. Quel est le nombre d'années nécessaires pour rentabiliser l'investissement ?

      > Commentaire de Tristan Boiteux

      Ces investissements de Schneider Electric et Bouygues sont avant tout une vitrine pour leurs offres. Ces entreprises pionnières peuvent améliorer la rentabilité de ces investissements par les nouveaux contrats qu'ils peuvent générer. Même si toutes les entreprises ne peuvent pas en retirer un bénéfice aussi direct, une telle démarche associée à une bonne communication doit permettre de minimiser le nombre d'années nécessaires à rentabiliser l'investissement.